Actus

03/07/2019

IM NICE 2019 ....Un WE de Surprises

posté à 06h50

Et la 1ére (et non des moindres), distances raccourcies sur la course et annulation des triathlons enfants et filles de la veille. En effet, la préfecture, suite au plan canicule avait obligé l’organisateur à réduire les distances à : 3.8 kms de natation – 152 kms de vélo – 31 kms à pied.
La sagesse l’emportant sur la sécurité des bénévoles, des coureurs……….
Perso, et sans vouloir rentrer dans la polémique, tant la sécurité prévaut toujours, je pense que l’on devrait se satisfaire d’avoir pu faire notre sport dans ce terrain de jeux magnifique qu’est la Cote d’Azur. Il y avait eu un DC la veille sur une cyclosportive, » l’Ariégeoise ».
Je n’ose imaginer les commentaires s’il y avait eu un souci sur la course ou si cette dernière avait été annulée.
Et même si je peux comprendre la frustration de certains coureur(euses), à la fin de l’épreuve les discours étaient un peu différents, tant la chaleur était insupportable et au vu de l’hécatombe sur 30 bornes à pied, un marathon aurait fait abandonner un max de personnes.
Une eau à 26° quasiment tout le temps (combi autorisée …mouais), 37° sur la Course à Pied….
J’ai rarement fait une course aussi « chaude » en France.
Donc nous voila parti le matin, direction la plage et comme des sardines nous attendons le coup de sifflet libérateur. C’est parti donc et la première sensation étouffante me fait craindre le pire. Le visage en feu dans les premiers mètres de l’eau. Puis la 1ére bouée étant à 1 kilomètre du bord la température de l’eau diminue un peu et je peux commencer à poser ma nage. Tout va bien jusque là, et ….surprise : une rencontre : Carole qui nage tranquille à coté de moi. De là, on allait se suivre pour finir moi en 1 H 10 et elle en 1 H 11.
Une transition un peu longue (parc à vélo avec 2 800 vélos c’est un peu long) et dés le début du vélo j’ai su que la journée allait être difficile et que le plus malin serait d’arriver « en forme « sur la Course à Pied, la clef de la réussite.
Le départ sur la Prom, long très long, ou je bois déjà la quasi-totalité de mon bidon. Puis direction St Laurent du Var pour accéder à la première difficulté, la montée vers Gattiéres. Je roule tranquille et monte à mon rythme assez tranquille. J’ai décidé en effet, de rouler un ton en dessous, car je maintiens, et la suite me donnera raison, que tout se jouera en CAP.
20 kilomètres et 2 bidons de 750 ml finis. Un ravito j’en reprends 2 et jette les miens. Les kilomètres passent assez bien, Bar sur Loup, Tourettes sur Loup et enfin les gorges du Loup qui arrivent nous amenant vers Caussols et le début du Col de l’Ecre. Rien à signaler jusque là et je grimpe tranquillou me laissant doubler dans les parties roulantes. Les 6-7 kilo du Col de l’Ecre sont assez étouffants et je bois, je bois, encore et toujours, boissons isotoniques, eau….. beaucoup d’eau en fait. Je n’arrive pas à m’alimenter en solide et cela me fait un peu peur.
En eau du Col, je récupère mon ravito perso et je file vers le plateau, toujours me laissant doubler par les gros moteurs !
Les kilomètres défilent, et toujours maillot ouvert, même dans les descentes, du jamais vu tellement il fait chaud. Boire, Boire, encore et toujours. J’ai évalué ma consommation d’eau à environ 20 litres sur l’épreuve…. Impressionnant !!!
Arrive la dernière montée vers Courségudes et ensuite longue descente, très longue….. à peu prés 20 kilomètres pour rejoindre St Laurent du Var. Les jambes commencent à piquer un peu, mais là je me dis qu’il faut quand même « envoyer » un peu, tant les coureurs me doublent à vive allure.
Arrive le plat qui nous ramène sur la « très longue « Promenade des Anglais, qui n’en finit pas. La ligne de transition est là, et sans me souvenir que j’avais des bidons qui dépassaient derrière ma selle je lève la jambe pour descendre du bike en roulant et BIM je me vautre comme un cachalot et reste par terre car pieds nus je me suis fait mal. Un bénévole viendra me relever et c’est en boitant et en saignant que je rejoins mes shoes de running pour partir vers l’enfer de la CAP.
5 H 29’ de vélo soit le 13éme temps vélo de ma catégorie. Margaux me le signale mais je ne comprends pas à ce moment là si je suis 13 éme ou s’il s’agit de mon temps vélo.
La veille de l’épreuve (autre nouveauté) nous avions reçu un mail de l’orga, nous signalant qu’il y avait des places supplémentaires attribuées pour les Championnats du Monde Half Ironman de Nice en Septembre. Bizarre qu’un Iromnan même coupé lol, donne des places pour un half, mais bon après tout, comme on dit les absents ont toujours tort et à être là du coup, je vais (essayer de m’arracher).
Bizarrement quand je pars à pied, je suis assez frais et je n’ai pas les jambes dures. A ce moment là je me dis que j’ai été assez malin, « étonnant non ? » pour avoir fait un vélo prudent.
Sauf que là au fur et à mesure que j’avançais j’étais scotché sur le bitume. Aie faudra finir…. Mais comment ?
Les ravitos (tous les 1.7 kms) sont les bienvenus et je n’en saute pas un. Je passe au coca, ne pouvant toujours pas avaler quoi que ce soit de solide.
Début du 2éme tout et Margaux me dit –( hurle plutôt mdr !!) 9 tu es 9 !!
C’était ça j’avais bien compris le tour avant et cela me motive. Bon il faut savoir qu’à ce moment là ce n’est plus moi qui décide mais ce sot mes jambes qui font un peu ce qu’elle veulent. Ce qui me rassure c’est les autres concurrents ne sont pas mieux que moi et qu’à 5’30 voire 6’ au kilo je n’arrête pas de doubler et surtout que personne ne me reprends !!! Impressionnant
Jamais vu une hécatombe pareille, ça marche, ça s’arrête dans l’herbe, ça crampe c’est une hécatombe !!!!
Moi là dedans, je n’ai marché (pour l’instant) qu’aux ravitos (tous les 1.7 kms)
Je croise Carole qui vole et je sais à ce moment là, à la voir courir, qu’elle va faire un truc.
J’arrive à Margaux pour le dernier tour et elle me crie dessus que je suis 8 eme à ce moment là , et qu’il faut pas que je lâche, et qu’il faut ……..encore et encore. Qu’il faut que j’en reprenne un ou deux …..pfft mais j’en peux plus moi !!
Mais bon en même temps, je décide alors de prendre un ravito sur 2, et là j’ai bien eu peur car une fois le premier passé, j’étais sec et j’ai eu peur de faire une hypo. Je prends celui d’après et je rentre tant bien que mal vers la ligne. 2 kilomètres j’en peux plus je marche et me retourne, personne ok je repars en trottinant (ou marchant vite) et je referais ça jusqu’à la ligne d’arrivée car personne ne revenait sur moi. Je franchis cette ligne après 2 H 52’ de CAP et où au final j’ai gagné une place de plus et je termine 7é dans ma catégorie sur 171 concurrents, (131 finissants).
Un grand merci à Margaux pour avoir encouragé, soutenu, crié après, car sans elle je crois que j’aurais lâché l’affaire……
Dans l’attente des résultats de Carole, mais confiant, d’autant plus que Margaux me dit qu’elle est 6 ou 7 dans sa caté.
Je passe cette ligne d’arrivée et j’ai le malheur de m’assoir tellement j’étais cuit. Sauf que quand je me relevé 10’ après…..ben je suis tombé !!! lol
Légère perte de connaissance et vomissement. Passage aux secours, que je félicite pour leur gentillesse, glucose en intraveineuse, repos silence.
J’allais partir quand je vois arriver Carole sur un fauteuil roulant : même motif, même punition, Glucose, repos …. Rires !!! tout allait bien.

Une bien belle épreuve, éprouvante, dure, 37° sur le marathon à la montre, un truc de dingue.
La surprise fut encore plus belle car en terminant 6éme dans sa catégorie, et moi 7éme, nous nous qualifions tous les 2 pour les mondiaux de Septembre.
Je suis 404éme sur 2088 ……finisher et 7éme sur 131 finisher dans ma caté

Très heureux pour Carole qui mérite vraiment cette récompense au vu de son travail et de son abnégation. Perso ce sera mon 4éme Championnat du Monde, mais celui là aura une saveur particulière !!!!......et puis Margaux sera là… pour nous encourager (crier dessus lol)
A suivre………
RDV à l'Alpe d'Huez fin juillet et le 7 et 8 Septembre pour les Championnats du Monde Half Ironman de NIce

 

Résultats


21/05/2019

Ironman 70.3 Barcelone

posté à 08h09

Un petit retour sur le Triathlon de Barcelone 70.3 qui s’est déroulé le 19 Mai 2019.
Arrivé, le vendredi soir sous une pluie battante, le ciel a eu pitié de nous au final le dimanche, nous épargnant la pluie qui s’est remise à tomber après l’épreuve.
Une belle course organisée avec l’expérience Ironman mais avec un petit plus cette fois.
En effet, c’est la première fois que j’effectue un parcours de 90 kms sur circuit fermé. Pas une voiture sur la route dans les 2 sens. Un confort extrême que les Espagnols ont respecté sans problème. Je n’ose imaginer cette situation en France ……………………
Dés l’arrivée la veille, ça sentait la course qui va dépoter : Les Vélos, les athlètes …. on pensait bien que cela allait envoyer dans tous les sens.
Un petit run le samedi matin, puis la prépa et enfin le check des vélos l’après-midi.
2 500 au départ, faut ranger ses affaires comme t’as jamais rangé ta chambre. Les racks de sacs de transition plein à craquer …….. les vélos au millimètre dans le parc Normal quoi !! lol

Jour J : Départ à 5 H 45 de l’hôtel pour 20’ de marche direction le parc. L’ambiance du matin, (de plus en plus longue en ce qui me concerne), puis tout le monde sur la plage.
Départ hommes femmes Pro, puis vint le Rolling Start. Même si cela enlève la part du mythe que j’avais connu à Nice quelque années en arrière, (2 500 sur la plage et d’un coup pan tous à l’eau), le Rolling Start amène un confort non négligeable en fait. Les départs par 3-4 toutes les 10 ‘’ (+/-) permettent de nager tranquillement.
Perso 34’43’’ pour moi Rien à dire. 19e de ma catégorie à ce moment-là. Je ne serais jamais un bon nageur, par contre cela me fait sortir de l’eau sans problème musculaire et sans fatigue (du moins ressenti à ce moment-là). Un retour de nage un peu compliqué avec le soleil dans les yeux.
Départ vélo donc. C’est un parcours que j’avais reconnu plusieurs fois et je savais que je ferais mieux que les recos. Malgré tout, un parcours assez compliqué quand même avec 1 300 m de D+.
En fait il faut toujours être en prise, garder « la plaque » le plus possible au risque de se voir dépasser par des monstres avec des roues pleines.
J’ai fait beaucoup de courses de toutes les distances, mais je pense que ce fut dimanche une des plus rapides à laquelle j’ai participé. Un niveau très élevé avec des nanas affutées sur des vélos de ouf, des mecs menant des roues pleines à 50 km/h Des fusées.
Dans ma catégorie, (celles des jeunes !!), le 1er fait 2 H 31’ sur ce parcours roulant à 35.55 km/h de moyenne. Dont acte !
Et moi là-dedans ? ben…. Je m’envoie en me disant qu’il ne faut rien regretter. Au final 2 H 55’
Un temps qui me satisfait pleinement (me ramenant à la 10eme place de ma catégorie).
Sauf Que……………… j’oubliais quand roulant comme fort …. ben quand tu pars à pied, tu pars avec 2 parpaings à la place des cuisses !!
………….Et les parpaings c’est lourd !!!!
Je comprends donc très vite que la Course à Pied allait être compliquée. Une mise en jambes donc difficile, et quand Margaux me voit partir, elle comprend très vite que les 21 kms risquent d’être longs. Elle m’encourage malgré tout énormément et me motive pour la suite.
Plus loin c’est Carole qui m’attend et fait un bout de chemin avec moi, mais elle aussi voit bien que les encouragements vont plus servir à me faire avancer qu’à accélérer. Néanmoins, heureusement qu’elles étaient là car à ce moment-là, j’avais bien besoin de voir un visage ami(e) lol
Vers le 5éme kilo je fais une légère hypo. En effet les 20 derniers kilomètres du vélo étaient descendant et je ne me suis pas alimenté, petite erreur qui aurait pu être lourde de conséquences. Je m’arrête donc au ravito et me bourre de gâteaux et de coca. Le problème s’arrête à peu près 20’ après, ce qui me permet de repartir sur une meilleure allure par la suite.
Au final, encouragé………… soutenu………….., porté……………… par mes 2 collaboratrices, je termine en 1 H 44’ me positionnant en 12eme place de ma catégorie.
5 H 22’22’’ et 494eme sur 2 224 concurrents.
Un grand bravo à tous et à toutes les finishers et les avions de chasse qui se sont qualifiés pour les mondiaux.
Une semaine de repos et la suite de la préparation pour l’Ironman de Nice le 30 Juin.

 


16/04/2019

Ça part…..vraiment de là !

posté à 08h29

A quasi un mois du premier objectif de la saison, les voyants viennent de passer au vert. En effet, ce satané mollet qui me faisait hurler tout l’hiver vient de décider de me laisser tranquille et me permet de re courir à l’allure qui était la mienne il y a encore quelques temps.
Le test a eu lieu ce dimanche sur le semi-marathon de Villeneuve les Maguelonne où je prends la 6eme place au scratch en 1 H 25’01’’ soit 45’’ de mieux que l’an dernier. Alors certes les 3 derniers kilomètres ont été un peu dur par maque de foncier, mais dans une course rendue difficile par un vent tenace, je n’ais jamais été mis en danger par mon mollet.
Un dimanche fructueux d’ailleurs, où Carole gagne chez les filles sur le semi et Margaux fait 1ere Espoir sur le 5 kms.
Cela m’a permis néanmoins de faire du volume en vélo pendant la période ou je ne courais pas. Quelques 1 000 kms en Mars et une trentaine en natation m’ont économisé en Course à Pied.
C’est d’ailleurs sur cet état de fraîcheur en CAP que je compte pour compenser le foncier qui risque de me faire un peu défaut.
Encourageant donc pour la suite, qui va se poursuivre le 28 Avril par le Triathlon de Séte, en hommage au regretté Laurent Vidal. Ce sera ma première course en compagnie de ma fille, Margaux, avec je suis sûr, un petit pincement au cœur de me retrouver sur la ligne de part en sa compagnie.
Un petit stage en Espagne début Mai, puis le half ironman de Barcelone le 19 Mai, avant de se (re) plonger dans la préparation de l’Ironman de Nice le 30 Juin.
Pas fâché donc de sortir des torpeurs de l‘hiver pour retrouver un peu de soleil et de moral printanier.
A suivre………….

 

Les boucles de Maguelone 2019


11/03/2019

Le printemps est (presque) là......

posté à 09h07

Et du coup le moral revient !!
A quasi 2 mois du premier objectif de l'année, (half ironman de Barcelone le 19 Mai) il est temps de se mettre dans rythme, d'autant plus que l'hiver à été dur à passer.
Cette put* de blessure au mollet m'a empêchée de faire du foncier en CAP. Moi qui aime tant ces sorties longues pour faire du kilomètre.
Néanmoins pour rester positif, (il y a - toujours- plus grave), c'est d'un pas léger que j'ai pu reprendre depuis le 1er mars. Effectivement, le fait de mettre "reposer" en CAP, me fait me sentir plus frais !! A chaque chose malheur est bon !! lol
C'est la première année que je reste au sec aussi longtemps en CAP et j'ai une faim de loup. J’espère que la fraîcheur fera son effet....d'autant plus que le 30 Juin il faudra bien faire un marathon à l'Ironman de NICE ....
Reprise sur du fonds avec un peu de fractionné souple. Le souci étant que sur des longues distances ça tire à la fin !!
Mais bon, il y a course .....et c'est déjà bien.
De retour de stage vélo en Espagne la semaine dernière, la caisse "velo" continue à se faire et les dénivelés s’enchaînent sans trop de problème. Un bloc de 500 kilomètres avec 6 000 M de dénivelé positif.
Va falloir un peu nager quand même et le tour sera joué !
Pour l'instant j'attends avant de prendre un dossard sur une Course à Pied, afin de me tester. Grande question !!
En fait le 1er dossard de l'année devrait être (certainement) pour le triathlon de Sète le 28 Avril, (Souvenir Laurent Vidal).
Le moral est là, tout va bien et ce la va aller en s'améliorant !!!!
A suivre ......

 


03/01/2019

C'est reparti pour un tour !

posté à 15h22

Pas très original pour commencer mais bon ….. Faut y aller !!
Bonne et heureuse année à tous et à toutes !!!!! voilà ça s’est fait.
Mais au fait, on ne le saura qu’à la fin si ça s’est bien passé ! et c’est ça qu’est con !!
En attendant il serait préférable de tout faire pour que cela s’améliore tout au long de ce temps.
Être plus tolérant, moins jaloux, plus compréhensif ne pas regarder son voisin, son copain, (soi-disant), et le descendre en flammes -par derrière évidemment-et j’en passe et des meilleures. Un exemple récent et si brutal m'a fait certainement relativiser toutes ces petites mesquineries.
Put* si je commence comme ça …. Je ne vais pas finir l’année moi !
Je souhaite néanmoins du bonheur pour tous et de la réussite dans les entreprises de chacun.
Une année vient de passer. Impossible de mettre le frein maintenant, cela va trop vite. La descente (vers où ?), s’accélère mais je vais essayer de la ralentir le plus possible.
En attendant, voilà quasi 3 mois que je ne cours plus, et cela commence à être prise de tête, même s’il y a du mieux. Une contracture aux ischio jambiers, suivi d’un mollet récalcitrant ont fait que je commence à peine à faire du foncier maintenant.
De fait, l’absence de course à pied me mène à rouler plus et c’est avec quasi 1 000 kms en vélo que je finis décembre. De ce côté-là, si j’ose dire ….. Ça roule ! put*trop fort 2019 !!!
Le premier objectif étant le 19 Mai à Barcelone, (half Ironman), on ne panique pas, mais bon va falloir y penser.
Auparavant, le 28 Avril j’irais faire le Triathlon Trophée Laurent Vidal à Séte. L’Héraultaise (160 kms vélo) le 3 Avril et quelques courses à pied, j’espère, avant le mois de Mai.
Le 30 Juin ce sera l’Ironman de Nice (4e fois)
La suite de la saison dépendra des résultats obtenus, et de la fatigue accumulée.
Un bon semestre en l’occurrence ou je vais également et modestement aiguiller Margaux qui a décidé de se lancer dans le grand bain triathlétique. Bravo à elle, car ce n’est pas évident de tout gérer à son Age. J’avoue quand même être un peu bluffé par sa motivation.
Courage et pas de précipitation si je peux dire, c’est un jeu de patience.
RDV le WE du 20 Janvier pour la reco du tri de Barcelone.
A suivre……… et Sportez vous bien

 




» Consulter les archives

RSS